Top

Crise sanitaire : Portage de repas à domicile

Avec la crise sanitaire, de plus en plus d’aînés se font livrer les repas.

Le portage des repas, qu’il soit proposé par des mairies ou des organismes privés, existe depuis des années mais connaît une forte croissance, avec la crise sanitaire. Reportage dans les Weppes, dans les pas de Menus Services, entreprise lancée à Aubers, en 2014.

PAR RAPHAËLLE REMANDE loos@lavoixdunord.fr

WEPPES.

Maurice Toussaere, 89 ans, ne sait plus trop quand ni comment manger est devenu difficile. C’est arrivé comme ça, il a perdu le goût, «et ce n’est pas la maladie», sourit-il, en évoquant le Coronavirus. Non, il y a quelques années, il a perdu l’appétit de se nourrir : « Il faut toujours que je force pour man ger. Je ne goûte plus. Je ne mettais pas assez de quantités. » Alors, appel a été fait à une société qui lui livre ses repas à domicile : « Ça aide énormément, raconte cet habitant d’Escobecques, qui a été cultivateur toute sa vie. Je ne conduis plus beaucoup, ça m’évite de faire les commissions. Et avant, j’appréhendais de me faire à manger. »

Les risques de la dénutrition, c’est un peu comme ça que Laurent Spychala a eu l’idée de sa société : « Je l’ai vécu avec ma grand-mère, qui a perdu ses forces, car elle n’aimait pas ce quelle mangeait. On sait qu’il peut y avoir un lien entre dénu trition et dépression (…). À l’origine, j’étais ingénieur écologue, rien à voir. Mais entrepreneur dans l’âme. » L’Aubersois a donc lancé Menus Services, en 2014, L’idée : ne pas concurrencer un service déjà proposé par beau coup de mairies (lire par ailleurs ), mais apporter autre chose : « Des choses adaptées et qui donnent envie de manger aux bénéficiaires. Nous n’avons pas deux plateaux pareils. » Une diététicienne étudie les recettes. Il y a des plats pour ceux qui ne peuvent plus mâcher, pour les diabétiques…

CRISE SANITAIRE, LE FACTEUR DÉCLENCHANT

Depuis le premier confinement, la société, qui dépend d’une en seigne nationale, a connu un bond d’activité, de l’ordre de 20 à 30 %, d’après Laurent Spycha la : « Les quinze premiers jours du premier confinement, on a été débordés. Je pense que la crise sa nitaire a été un facteur déclen chant pour des personnes qui étaient déjà dans ce besoin. » À Menus Services, on a même vu débarquer une poignée d’actifs en télétravail, «ce n’était pas notre cible initiale – 80% de nos clients ont plus de 80 ans – mais pourquoi pas. On a lancé une deuxième gamme gourmet pour répondre à certaines attentes, à des personnes qui avaient l’habi tude d’aller régulièrement au res taurant ».

Aujourd’hui, l’agence Menus Services de Lille basé près du MIN de Lomme livre environ 150 repas par jour, en moyenne, dans tout l’Ouest de la métropole lilloise. Elle compte 8 salariés. Un secteur qui ne connaît pas la crise et devrait, dans les années prochaines, continuer à connaître une belle croissance, d’après le gérant : « On sait que la population vieillit. Et puis les futures générations seront plus enclines à se faire livrer car c’est rentré dans les moeurs. »

> Découvrir l’agence <

Share