Top

Le Figaro – Franchises : les secteurs qui ont le vent en poupe

 

A LA LOUPE : Se lancer en franchise c’est avant toute chose choisir un secteur d’activité qui correspond à la fois aux attentes de l’entrepreneur et aux besoins du marché, Ces derniers mois, la crise a redistribué les cartes, Explications.

Par Aurélia Lasorsa

Il suffit de traverser le Salon les déjà populaires franchises de Franchise Expo Paris pour constater que la franchise est un modèle adapté à l’ensemble des professionnels. Cette année, ce ne sont pas moins de 90 secteurs d’activités différents qui ont répondu présent et tiendront à la disposition de visiteurs en quête d’idées innovantes ou d’une nouvelle vie professionnelle. Parmi ces visiteurs, il y a les chefs d’entreprise qui envisagent de développer leur concept pour l’ouvrir à la franchise, et il y a ceux qui viennent rencontrer leur avenue, Chez ces derniers, les profils varient là encore, entre ceux qui ont une idée très précise de ce qu’ils viennent chercher… et les autres. Quel que soit la typologie de visiteur, le Salon est un rendez-vous incontournable pour qui envisage de sauter le pas.

L’alimentaire : toujours un succès

L’alimentaire est l’un des secteurs phare de franchise. Il est aussi de ceux qui comptabilisent le plus grand nombre d’enseignes (209 en 2020, soit 4 % de plus que l’année précédente) et, avec un chiffre d’affaires global de 25 milliards d’euros il fait la course en tête. Il regroupe aussi bien les très grands groupes (Casino, Auchan, Carrefour ou Intermarché) que des enseignes spécialisées : Nicolas ou Cavavin pour les vins et les spiritueux : Ange. La Mie Câline ou Paul pour les produits de boulangerie et bien d’autres encore. Ces dernières années, les professionnels de la bio ont une entrée remarquée dans les allées du salon, à l’image de La Vie Claire, de Naturalia ou de Biocoop. A l’inverse de la restauration traditionnelle, et en dépit des fermetures liées au confinement, et d’un chiffre d’affaires en très net recule en 2020, la restauration rapide fait, elle aussi, toujours partie du Top 5 de la franchise (6658 points de vente en 2020). Mais, pour répondre aux demandes des consommateurs et pour se différencier de l’offre déjà existante, l’ultra spécialisation est de mise, comme en atteste la présence au salon de réseaux comme Bioburger – des burgers 100 % bio et responsables -, de Copper Branch, fast food 100% végétal ou de Monsieur Albert qui décline ses hots dog à toutes les sauces. Des noms qui rejoignent les déjà populaires franchises de pizzas, les saladeries et les spécialistes des saveurs d’ailleurs. D’autres secteurs clés de la franchise, comme l’équipement de la personne (361 enseignes en France) ou le commerce non alimentaires (loisirs bijoux, fleurs, animalerie…) qui regroupe quelques 199 réseaux sont également à découvrir Porte de Versailles.

L’équipement de la maison devenue une priorité

La crise sanitaire et économique a eu, en revanche, un impact favorable sur certains secteurs. C’est le cas des enseignes d’équipements de la maison quo ont vu leur chiffre d’affaires augmenter : 8,05 milliards d’euros en 2020 soir +2,1% par rapport à 2019. En effet, en réponse aux confinements, le besoin de se créer un intérieur agréable, comme un cocon familial, a poussé de nombreux Français à repenser leur décoration et leur aménagement. Ainsi le réseau SoCoo’c spécialiste de la cuisine équipée, affiche des résultats en hausse de 45% sur le premier trimestre 2021. Un record. Cette bonne santé du secteur s’explique notamment par la digitalisation de l’offre.

« Confinés, les Français ont eu le temps de se projeter dans leur habitat, de mûrir leurs achats et ils les ont rapidement concrétisés en magasin. Nous faisons un métier où les consommateurs ont besoin de découvrir, de voir, de toucher les produits même si, chez Gautier, nous avons mis en place des outils digitaux pour permettre à nos clients de prendre rendez-vous, de se projeter dans leur futur intérieur. » confirme Sébastien Gautier, gérant du magasin Gautier de Béziers. Même bilandu côté d’Ixina qui a assuré en 2020 plus de 2600 rendez-vous à distance.

Les services à la personne, aux entreprises et les autres grands gagnants de la crise

Face aux confinements et au télétravail, la relation aux métiers de service à considérablement évolué ces derniers mois, qu’ils s’agissent de services à la personne ou de services aux entreprises. Respectivement, ces secteurs ont vu une croissance de leur chiffre d’affaires de 12,2% et de 25,2% par rapport à 2019. Un succès que partage Corinne Duplat, directrice générale Les Menus Services, spécialiste du portage de repas à domicile : « Nous réalisons une énorme croissance de 30%. Cette croissance s’explique par le fait que nous nous adressons à une clientèle de personnes âgés de plus de 80 ans à domicile et les confinements successifs ont accentué leur isolement. Il a fallu leur service plus de pas repas qu’ne temps ordinaire et nus pouvions compter sur la force de notre réseau. Pendant la crise, et parce que nous avons la capacité d’être agile, nous nous sommes aussi substitués aux services de collectivités et même aux EHPAD. »

C’est ce même contexte particulier qui est à l’origine des bons résultats des réseaux spécialistes de la formation : un secteur qui enregistre une hausse de son chiffre d’affaires de 7,7%. Les réseaux immobiliers sont autant concernés : confinements et télétravail ont fait naître dans l’esprit des Français des envies de grand air et d’extérieur. Ainsi, les grandes métropoles attirent de moins en moins, au profit de communes de plus petite taille. Conséquence : les réseaux de professionnels de l’immobilier se portent plutôt bien. En 2020, leur chiffre d’affaires a augmenté de 4,5% par rapport 2019.

Si la crise a impacté de nombreux secteurs, elle a également apporté la preuve de résilience des réseaux. En 2020, 67% des franchisés affirment avoir mieux résisté à la crise que les commerçants indépendants. Une force qui assure un peu plus encore le succès du modèle de la franchise.

Share