Newsletter

0 810 076 783 (N°vert)

Mon compte

Top

Maladie d’Alzheimer et nutrition des personnes âgées

Causes, symptômes, prévention, traitement… Que sait-on de la maladie d’Alzheimer ?

L’alimentation joue t’elle un rôle dans son apparition ou son évolution ?

.

Définition

La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro dégénérative (atteinte cérébrale progressive conduisant à la mort neuronale) caractérisée par une perte progressive de la mémoire et de certaines fonctions intellectuelles (cognitives) conduisant à des répercussions dans les activités de la vie quotidienne. (source : solidarites-sante.gouv.fr)

.

Symptômes et évolution de la maladie

Seuls 3% des moins de 60 ans sont touchés par la maladie d’Alzheimer. En effet, ce sont généralement les personnes âgées qui voient leur santé affectée par ce trouble.

L’évolution de la maladie est variable et propre à chaque individu.

Bien qu’elle se manifeste par diverses affections, la principale et la plus fréquente est la perte de mémoire.

Néanmoins, d’autres troubles peuvent apparaître. On ne parle d’ailleurs de maladie d’Alzheimer que lorsque le symptôme « trouble de la mémoire » est associé à un autre de ces troubles :

Θ Troubles du langage, difficulté à parler ou à comprendre son interlocuteur : aphasie

Θ Troubles gestuels, des gestes autrefois simples peuvent devenir compliqués à exécuter : apraxie

Θ Perte de reconnaissance d’objets ou de personnes (agnosie) et désorientation (perte de notion de temps, de lieu…)

Θ Perte des fonctions exécutives avec une difficulté d’adaptation de son comportement à un contexte, des troubles du raisonnement ou encore la perte de facultés telles que le jugement.

Θ Isolement et perte d’intérêt pour les activités et la vie en société

Θ Troubles affectifs et troubles du comportement : changements d’humeur et de personnalité, irritabilité, euphorie, dépression, dévalorisation…etc.

.

Alzheimer : causes et facteurs de la maladie

La maladie d’Alzheimer se caractérise par la présence des lésions neurologiques intra et extracellulaires dues à 2 protéines (le peptide amyloïde et la protide tau).

Aucune cause précise n’a encore été définie mais il semblerait qu’un ensemble de facteurs influe sur l’éclosion de la maladie.

L’origine génétique serait un des déterminant majeur de la maladie d’Alzheimer. Le facteur héréditaire de variantes de la maladie (notamment les formes précoces de la maladie) est clairement identifié.

L’autre déterminant en cause serait l’environnement. En effet, de nombreuses études tendent à démontrer que certaines conditions de vie auraient une incidence sur la dégénérescence du tissu cérébral et plusieurs facteurs de risques seraient identifiés : l’âge (+ de 65 ans), antécédents familiaux du syndrome de Down, traumatismes crâniens. Il semblerait également que les personnes âgées touchées par la maladie soient majoritairement des femmes.
De plus, un facteur de type socio-éducationnel pourrait aussi intervenir dans l’installation de la maladie (ex : accès aux soins avant et juste après la naissance, niveau d’étude, relations sociales) et l’absence de stimuli intellectuels dans sa manifestation.
Plus récemment, une étude a pointé du doigt le manque de sommeil.

.

Nutrition et maladie d’Alzheimer : le régime alimentaire a t’il une incidence ?

Les études scientifiques ont mis en évidence certains facteurs de risque de la maladie mais certaines habitudes de vie ont également démontrées un effet protecteur (ex : pratique d’activité de loisirs, réseau social développé, régime alimentaire…).

Une alimentation adaptée pourrait aider à prévenir le vieillissement du cerveau et agir ainsi sur cette pathologie à laquelle sont confrontées de nombreuses personnes âgées.

Le régime alimentaire de type « méditerranéen » semblerait être le modèle nutritionnel à privilégier pour adopter des habitudes alimentaires aux effets protecteurs.
En effet, les Omega-3 aideraient à diminuer les taux sanguins de protéine bêta-amyloïde et à stimuler le débit sanguin du cerveau (augmentation de l’oxygène et du glucose disponibles pour le cerveau).

Les diététiciennes-nutritionnistes Les Menus Services recommandent ainsi :

Θ Une consommation abondante de fruits et légumes

Θ Un apport fréquent en céréales complètes, légumes secs, graines

Θ Consommer des poissons gras de manière régulière et diminuer la consommation de viandes rouges et transformées (charcuteries)

Θ Privilégier les huiles riches en Omega-3 (colza, soja, noix…)

Vous pouvez également penser aux algues ou aux œufs de poules nourries au lin.

Un apport optimal en vitamine D (exposition au soleil, poissons gras) et en polyphénols (thé vert, vin rouge…) aiderait également à prévenir le déclin cognitif.
Autre atout, la consommation de caroténoïdes et d’antioxydants (végétaux, thé vert, cacao, jus de raisin…) serait un des moyens les plus sûrs de protéger notre cerveau du vieillissement cellulaire.

.

En résumé

Quelques conseils pour diminuer le risque de développer la maladie d’Alzheimer chez les personnes âgées :

On stimule son cerveau, on dort suffisamment (8h par nuit), on pratique un activité physique régulière, on adopte une alimentation riche en oméga-3 et antioxydants et enfin on passe de délicieux moments entre amis ou en famille.

Beau programme à adopter par tous, sans restriction d’âge !

.

Vous aimerez également :

Les bienfaits des potages : des vertus multiples
Detox de Printemps : nos diététiciennes vous conseillent
Bien-être hépatique : prenez soin de votre foie

Share
-->